THROW DOWN BONES – THROW DOWN BONES

Le premier album éponyme du groupe anglais Throw Down Bones a tout d’une excavation souterraine des bas fonds d’outre-Manche. Sorti en 2015, ces « ossements » musicaux jetés en pâture aux oreilles du monde nous emmènent dans une virée sombre et planante où la tentation psyché a rejoint le krautrock pour une communion expérimentale haletante.

Le paysage post-industriel s’installe, gris morose d’une cité abandonnée. Exposure sonne comme la montée en puissance d’un hymne, aux rifs rebondissants, teinté de coldwave. Nous sommes emportés dès les premières minutes, le décor est posé, les murs en béton portent les cicatrices des combats contre le temps.

Our Home, The Holy Mountain nous rappelle les grandes heures du krautrock des allemands Neu!, la rythmique s’installe avec confiance et laisse une large place à des paysages sonores electronica enivrants. Les phrases de guitare accrochent nos tympans hypnotisés. En bon groupe de rock progressif, le synthé arrive à point nommé pour dialoguer avec un solo de cordes acides. Cela procure son effet sur nos cerveaux abîmés en recherche d’extase musicale.

Puis nous replongeons inlassablement dans un questionnement quant à la marche à suivre, quelle direction prendre. La pénombre brumeuse de ces endroits maudits par le capitalisme tentaculaire nous laisse entrevoir par moment des montagnes de déchets technologiques. A Premise To Action nous donne l’espoir qu’un autre avenir est possible, où une autre forme de vie reprendra ses droits.

Réalité débarrassée de toute illusion. Rêve rétro-futuriste, où le steampunk a imposé sa loi. Fête grandiose, remplie de lumières multicolores et d’installations rouillées en pleine mutation. Duel de son noise et de mélodie entêtante, Inner Lights ouvre la boîte de Pandore de manière flamboyante pour faire revivre ce monde déchu et c’est une réussite évidente.

L’histoire continue, reprend de la vitesse et semble s’être apaisée dans le titre Emitters. Les flux technologiques inertes fonctionnent à nouveau à l’aide de notre indispensable instinct biologique.

Le fil rouge chimique et énergique qui mène la danse tout le long de l’exploration de cet album reste intact. Les visions entrevues nous permettent de songer à l’espoir d’une cohésion attendue, chérie. Nous sommes, malgré tout le vacarme, enthousiastes sur le chemin parcouru.

Bonne écoute!

Chroniques